Les Soft skills pour appréhender un monde complexe et volatil

Les Soft skills pour appréhender un monde complexe et volatil
Temps de lecture : 5 minutes

Les Soft skills pour appréhender un monde complexe et volatil

Soft skills et hard skills

Plusieurs entreprises ont pris à bras-le-corps une tendance actuelle se référant à la vie de l’entreprise : les soft skills.
Il s’agit de compétences utiles à tout un chacun pour évoluer dans un monde complexe, volatil et incertain. Que l’on soit étudiant, salarié ou entrepreneur, il apparaît bien juste d’y accorder importance.

Gare aux "Top 10 des Softskills de 2020"...

Il faut signaler que les soft skills représentent des éléments subjectifs auxquels une valeur est donnée seulement en fonction du marqueur social qui est propre à chacun des individus. Ainsi, une même personne sera évaluée différemment selon l’évaluateur, ses attentes et son niveau d’exigence, le contexte, l’environnement, etc. Nous considérons donc important de prendre à la légères les nombreux articles que vous avez surement pu remarquer , ces fameux Top 10 des Soft skills à absolument maîtriser en 2020″, tous différents d’une semaine à l’autre…

Dans cet article, nous vous partageons notre vision des soft skills, leur mode d’apprentissage et leur appréhension dans une société en permanente mutation.

Qu'est ce qu'un Soft skill ?

Un soft skill est une compétence transversale comportementale.
Ces compétences ne s’acquièrent pas concrètement à l’école, et pourtant, elles sont indispensables à l’individu dans la vie active. Elles désignent des compétences personnelles qui permettent une harmonisation de ses relations et de ses fonctions sur son lieu de travail. Les soft skills ont pour objectif de mieux impliquer l’individu dans son environnement, son interaction avec les autres, sa compréhension des différentes problématiques qu’il rencontre… afin, in fine, d’être plus productif dans ses missions. 

Soft skills et Hard Skills

Ils sont ainsi tout le contraire des hard skills, qui sont des compétences techniques transmises dans le cadre d’un apprentissage qualifiant ou professionnel. Les hard skills peuvent être attestées et certifiées, tandis que pour les soft skills, c’est bien plus délicat.

Aptitude à travailler en équipe

Empathie

Gestion du temps de travail

Autonomie

Talent organisationnel

Motivation

Créativité

etc.

Logiciels maîtrisés

Langage de programmation

Compétences comptable

Compétences en mécanique

Analyse de données

Qualité rédactionnelle

Connaissances techniques dans un certain domaine

etc.

Soft skills et évaluation

Le développement et l’utilisation des soft skills sont bien souvent plébiscités pour le recrutement du salarié et son épanouissement au sein d’une entreprise. Ce sont en effet de puissants moteurs d’inclusion dans le milieu professionnel. Cependant, et surtout dans le monde de l’entrepreneuriat, les compétences comportementales sont nécessaires au bon fonctionnement de l’équipe et à l’atteinte des objectifs fixés.

Leur mode d’apprentissage et de développement

Ils sont avant tout un travail personnel effectué par l’individu sur lui-même. Ces compétences “humaines” varient en fonction du poste occupé et tout au long du parcours du salarié en entreprise. Déjà au cours de l’entretien d’embauche, les recruteurs évaluent de plus en plus ces compétences chez les candidats. Il s’agira alors pour eux de repérer les candidats disposant du maximum de ces compétences comportementales selon leurs propres critères et process de validation.

Cette tâche ne paraît pas bien aisée puisque, les soft skills sont difficiles à identifier et à mesurer. Ils peuvent tout de même être transmis aux salariés et aux entrepreneurs au travers des séances de formation. L’objet de ces stages est de mettre l’individu en contact avec des outils de management et de motivation, ou en favorisant leur appropriation au travers de jeux de rôle. Quant aux challenges collectifs, ils vont favoriser le développement des soft skills en amenant les salariés et les entrepreneurs à appliquer les connaissances acquises au sein d’un groupe.

Les moyens d’évaluation des soft skills

Il existe plusieurs moyens d’évaluation des soft skills parmi lesquels nous pouvons citer :

  1. L’intelligence collective : soit la capacité dont dispose un groupe de personnes à faire intervenir ses connaissances et son intelligence pour l’atteinte d’un but commun. La réussite de ce concept au sein d’une entreprise dépend de la qualité des interactions existant entre ses membres. L’intelligence collective est un excellent vecteur d’acquisition et d’évaluation de soft skills, mais permet aussi l’émergence d’idées innovantes. En savoir plus sur les ateliers d’intelligence collective.

     

  2. La vision 360° : elle est en effet primordiale à l’amélioration et à l’évaluation des soft skills. D’une part en permettant de tirer pleinement profit de son potentiel créatif, mais aussi pour confronter ses propres soft skills aux différents éléments de l’écosystème dans lequel on évolue.

Quelques exemples et contre-exemples

L’existence ou non d’un soft skills dépend beaucoup du contexte dans lequel se situe le salarié ou l’entrepreneur. Pour mieux comprendre ces concepts, voici quelques exemples et contre-exemples :

  • Savoir écouter activement : cette compétence transversale sera très bénéfique dans un système de travail salarié. Le supérieur se doit alors d’écouter attentivement son collaborateur, et de prendre en compte ses propositions dans la mesure du possible. Cependant, savoir écouter activement sera moins important dans une petite et moyenne entreprise industrielle. Ici, les gestes sont mesurés, et chacun sait à l’avance ce qu’il a à faire. La valeur du soft skill diffère ainsi.
  • Avoir le sens du collectif : il s’agit d’une compétence transversale capitale dans le domaine de l’entrepreneuriat. Le facteur “groupe” est très important car la structure est soutenue par les efforts de tous, et non ceux d’une seule personne. Néanmoins, le sens du collectif n’a longtemps pas eu sa raison dans l’environnement salarié. Pour cause, le modèle salarial en entreprise favorisant la concurrence, chacun veut rapidement atteindre ses objectifs afin de dépasser l’autre. Aujourd’hui, les organisations saisissent bien plus l’efficacité du travail collectif, le mettant même souvent au centre des valeurs de l’entreprise. On pense notamment à l’essor des open-space et à la fin des bureaux individuels.
  • Gérer son stress : cette compétence est quant à elle très utile aussi bien dans un environnement salarié que dans un environnement d’entrepreneuriat. Sans une bonne gestion du stress, l’individu sera incapable de se concentrer sur son travail et d’obtenir les résultats attendus.

Avantages des Soft skills

Les soft skills sont un puissant levier d’insertion professionnelle et d’inclusion. Ils sont très recherchés et très appréciés. Les recruteurs ont besoin de travailler avec des personnes avec lesquelles il sera facile et agréable de le faire. Ainsi, les soft skills permettent au salarié et à l’entrepreneur de s’adapter plus facilement à leur environnement. Ils n’ont pas de peine à communiquer, à faire part de leurs opinions. Ils savent comment travailler, avec qui travailler, et comment réussir les missions qui leur sont attribuées. Il s’agit d’un investissement à long terme, car ces compétences ne peuvent devenir obsolètes. Elles sont propres à l’individu qui les possède, elles ne pourront le quitter.

Notre avis chez Wenovia

Wenovia s’inscrit dans la logique de subjectivité des soft skills. Leur importance est indéniable en entreprise comme en entrepreneuriat.

Evaluation des Soft skills par Wenovia

 

L’entrepreneur commence par s’auto évaluer. Vient ensuite l’évaluation périphérique avec le référent PEPITE , les associés, et enfin les clients et ou fournisseurs.

De cette manière, l’évaluation des compétences et en particulier des soft skills prend en compte l’ensemble des paramètres auquel est confronté l’individu.

 

 Un de nos objectifs consiste à favoriser l’inclusion des porteurs de projets que l’on accompagne, en favorisant le développement des soft skills utiles dans leur domaine d’activité, notamment en construisant un écosystème unique dans lequel ils évolueront. Chacun doit considérer les soft skills, mais doit pouvoir le faire en tenant compte du contexte, du moment, et des différents types d’interlocuteurs ou collaborateurs dans leur environnement.

Devenir Etudiant-Entrepreneur

Vous êtes étudiant ou jeune diplômé ? Lancez votre aventure entrepreneuriale en demandant gratuitement le Statut National Etudiant Entrepreneur (SNEE)

Cliquez pour évaluer cet article
[Total: 1 Average: 5]

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*